2. Modes de calque

GIMP has thirty-eight layer modes, split up in seven types:

Layer modes are also sometimes called « blending modes ». Selecting a layer mode changes the appearance of the layer or image, based on the layer or layers beneath it. If there is only one layer, the layer mode has no effect. There must therefore be at least two layers in the image to be able to use layer modes.

Vous pouvez définir le mode de calque dans le menu Mode de la Fenêtre des calques. GIMP utilise le mode de calque pour déterminer la façon de combiner chaque pixel dans le calque du haut avec le pixel de même position dans le calque en-dessous.

[Note] Note

Vous trouverez une liste déroulante affichant les mêmes Modes que pour les calques. Vous pouvez en effet utiliser, avec les outils de peinture, les mêmes modes que pour les calques, avec, en plus, deux modes particuliers. Voyez Section 3.1, « Fonctions communes ».

Les Modes de calques permettent des changements de couleurs complexes dans l’image. On les utilise souvent en tant que nouveau calque qui agit comme un masque. Par exemple, si vous placez un calque blanc uni au-dessus d’une image et que vous réglez le mode de ce nouveau calque sur «  Saturation », les calques sous-jacents visibles apparaîtront en niveaux de gris.

[Note] Note

Avant de fusionner, la correction gamma des images est supprimée et elles sont reconverties de sRVB en linéaire. Après fusion, elles sont reconverties de linéaire en sRVB. Toutefois, avant la reconversion en sRVB, une opacité est ajoutée.

Figure 8.8. Images (masques) utilisées pour les exemples de modes de calques

Images (masques) utilisées pour les exemples de modes de calques

Masque 1

Images (masques) utilisées pour les exemples de modes de calques

Masque 2


Figure 8.9. Images (fonds) utilisées pour les exemples de modes de calques

Images (fonds) utilisées pour les exemples de modes de calques

Porte-clé

Images (fonds) utilisées pour les exemples de modes de calques

Canards


Dans les descriptions qui suivent, les formules utilisées pour le calcul des modes de calques sont fournies. Elles concernent ceux qui aiment les mathématiques. Mais vous n’avez pas besoin de les connaître pour utiliser efficacement les modes de calques.

Les formules sont abrégées. Par exemple la formule

Équation 8.1. Exemple


signifie, « Pour chaque pixel dans le calque du haut (Masque) et le calque du bas (Image), additionner les deux valeurs pour former la couleur résultante E pour le pixel ». Les pixels doivent toujours avoir une valeur comprise entre 0 et 255.

[Note] Note

Sauf indication contraire, une valeur négative est mise à 0 et une valeur supérieure à 255 est mise à 255.

Les exemples qui suivent montrent l’effet de chacun des modes de calque. Sur la gauche se trouve l’image à l’état normal et à droite le résultat de l’application du mode choisi.

Puisque les résultats de chaque mode varient selon les couleurs des calques, ces images ne peuvent que vous donner une idée sur la façon d’agir des modes. Essayez par vous-même. Commencez avec deux calques similaires, où l’un est la copie de l’autre légèrement modifiée (floutée, déplacée, tournée, changée de taille, couleurs inversées… etc.) et voyez ce qui arrive avec les modes de calque.

Normal Layer Modes

Normal

In this group, only « Normal » is normal. Most other modes are rather cancellation modes.

Figure 8.10. Exemple pour le mode « Normal »

Exemple pour le mode « Normal »

Les deux images sont fusionnées l’une dans l’autre avec la même intensité.

Exemple pour le mode « Normal »

Avec une opacité à 100%, seul le calque du haut est visible.


Normal est le mode par défaut. Les calques sont vus normalement. Le calque de dessus couvre le calque du dessous et si vous voulez voir celui de dessous, il faut que celui du dessus ait un certain degré de transparence.

La formule est :

Équation 8.2. Formule pour le mode de calque « Normal »


Dissoudre

Figure 8.11. Exemple pour le mode de calque « Dissoudre »

Exemple pour le mode de calque « Dissoudre »

Les deux images sont fusionnées l’une dans l’autre avec la même intensité.

Exemple pour le mode de calque « Dissoudre »

Avec « dissoudre » et 100% d’opacité, seul le calque du dessus est visible.


Le mode Dissoudre dissout le calque du dessus dans celui du dessous. Cela se fait par dispersion aléatoire des pixels dans les zones semi-transparentes. Utile comme mode de calque, on l’utilise aussi comme mode de peinture.

C’est bien visible le long des bords des objets dans une image. Et cela se voit encore mieux sur des agrandissements de captures. L’image de gauche illustre le mode normal, celle de droite montre les deux mêmes calques en mode « Dissoudre ».

Figure 8.12. Agrandissements des captures d’écran

Agrandissements des captures d’écran

Mode « Normal ».

Agrandissements des captures d’écran

Mode « Dissoudre ».


Color Erase

TODO

Erase

TODO

Merge

TODO

Erase

TODO

Lighten Layer Modes

Éclaircir seulement

Figure 8.13. Exemple pour le mode de calque « Éclaircir seulement »

Exemple pour le mode de calque « Éclaircir seulement »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Éclaircir seulement »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


À chaque point de l’image, la valeur maximum des pixels des 2 calques est affectée au pixel du calque actif. Les calques entièrement noirs n’ont aucun effet sur l’image finale et ceux complètement blancs donnent une image entièrement blanche.

La formule est :

Équation 8.3. Formule pour le mode de calque « Éclaircir seulement »


Ce mode est commutatif : l’ordre des calques ne compte pas.

Luma/Luminance lighten only

TODO

Écran

Figure 8.14. Exemple pour le mode de calque « Écran »

Exemple pour le mode de calque « Écran »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Écran »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Écran inverse les valeurs des pixels visibles du calque actif et du calque sous-jacent (c’est à dire qu’il soustrait 255 de chaque valeur). Puis il les multiplie ensemble, inverse à nouveau cette valeur et divise par 255. L’image résultante apparaît plus claire, voire « délavée ». Avec deux exceptions : le calque noir, qui ne modifie pas l’autre calque, et le calque blanc qui donne une image blanche. Les couleurs sombres de l’image semblent plus transparentes.

La formule est :

Équation 8.4. Formule pour le mode de calque « Écran »


Ce mode est commutatif : l’ordre des calques ne compte pas.

Éclaircir

Figure 8.15. Exemple pour le mode de calque « Éclaircir »

Exemple pour le mode de calque « Éclaircir »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Éclaircir »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Éclaircir multiplie la valeur du pixel du calque du dessous par 256, puis divise le résultat par l’inverse de la valeur du pixel du calque du dessus. L’image résultante apparaît éclaircie, mais certaines couleurs peuvent être inversées.

En photographie argentique, cette technique est utilisée en chambre noire pour diminuer l’exposition de certaines parties de la photo, ce qui fait apparaître de nouveaux détails dans les zones d’ombre. Cette technique fonctionne mieux sur les images en niveaux de gris, et en utilisant un pinceau, plutôt que comme mode de calque.

La formule est :

Équation 8.5. Formule pour le mode de calque « Éclaircir »


Addition

Figure 8.16. Exemple pour le mode de calque « Addition »

Exemple pour le mode de calque « Addition »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Addition »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Additionne les valeurs des pixels à chaque point de l’image, rendant les couleurs plus claires, plus vives. Si le résultat de l’addition est supérieur à 255, la valeur maximum 255 sera attribuée pour ce point de l’image.

La formule est :

Équation 8.6. Formule pour le mode de calque « Addition »


Ce mode est commutatif : l’ordre des calques ne compte pas.

Darken Layer Modes

Noircir seulement

Figure 8.17. Exemple pour le mode de calque « Noircir seulement »

Exemple pour le mode de calque « Noircir seulement »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Noircir seulement »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


À chaque point de l’image, la valeur minimum des pixels des 2 calques est affectée au pixel du calque actif. Les calques complètement blancs n’ont pas d’effet sur l’image. Les calques complètement noirs donnent une image noire.

La formule est :

Équation 8.7. Formule pour le mode « Noircir seulement »


Ce mode est commutatif : l’ordre des calques ne compte pas.

Luma/Luminance darken only

TODO

Multiplier

Figure 8.18. Exemple pour le mode de calque « Multiplier »

Exemple pour le mode de calque « Multiplier »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Multiplier »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Dans le mode Multiplier les valeurs des pixels sont multipliées par les valeurs des pixels visibles qui sont en dessous et le résultat est divisé par 255. Le résultat est généralement une image sombre. Si l’un des calques est blanc, l’image résultante est semblable à l’autre calque (1 * I = I). Si l’un des calques est noir, alors l’image résultante est complètement noire (0 * I = 0).

La formule est :

Équation 8.8. Formule pour le mode de calque « Multiplier »


Ce mode est commutatif : l’ordre des calques ne compte pas.

Assombrir

Figure 8.19. Exemple pour le mode de calque « Assombrir »

Exemple pour le mode de calque « Assombrir »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Assombrir »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Assombrir inverse la valeur du pixel du calque de dessous, puis la multiplie par 256, divise le résultat par la valeur du pixel du calque du dessus plus un, puis inverse le résultat. Ce mode tend à assombrir les parties claires, un peu comme le mode « Multiplier ».

En photographie argentique, cette technique est utilisée en chambre noire pour diminuer l’exposition de certaines parties de la photo, ce qui fait apparaître de nouveaux détails dans les zones claires. Cette technique fonctionne mieux sur les images en niveaux de gris, utilisée avec un pinceau, plutôt que comme mode de calque.

La formule est :

Équation 8.9. Formule pour le mode de calque « Assombrir »


Linear burn

TODO

Contrast Layer Modes

Superposer

Figure 8.20. Exemple pour le mode de calque « Superposer »

Exemple pour le mode de calque « Superposer »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Superposer »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Superposer inverse la valeur du pixel du calque de dessous, multiplie le résultat par deux fois la valeur du pixel du calque du dessus, l’ajoute à la valeur d’origine du pixel du calque du dessous, divise par 255, et ensuite multiplie par la valeur d’origine du pixel du calque du dessous et divise à nouveau par 255. Le résultat est un assombrissement de l’image, mais moindre que celui obtenu par le mode « Multiplier ».

la formules est : [1]

Équation 8.10. Formule pour le mode de calque « Superposer »


Lumière douce

Figure 8.21. Exemple pour le mode de calque « Lumière douce »

Exemple pour le mode de calque « Lumière douce »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Lumière douce »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Ce mode adoucit les contours tranchants d’une image et éclaircit les couleurs. Il ressemble au mode Superposer.

La formule est complexe. Elle fait intervenir Rs, qui est le résultat du mode Écran :

Équation 8.11. Formule pour le mode de calque « Écran »


Équation 8.12. Formule pour le mode de calque « Lumière douce »


Lumière dure

Figure 8.22. Exemple pour le mode de calque « Lumière dure »

Exemple pour le mode de calque « Lumière dure »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Lumière dure »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Lumière dure est plus complexe car sa formule a deux parties, une pour les couleurs sombres et une autre pour les claires. Si la valeur du pixel du calque du dessus est supérieure à 128, les pixels sont combinés en utilisant la première des formules ci-dessous. Sinon, les valeurs des pixels des deux calques sont multipliées entre elles puis par deux et ensuite le résultat est divisé par 256. Ce mode est une combinaison des modes Écran et Multiplier. Peut être utilisé pour obtenir des contours nets et des couleurs vives en combinant deux photographies.

The equation is complex and different according to the value >128 or < 128:

Équation 8.13. Formule pour le mode de calque « Lumière dure », M > 128


Équation 8.14.  Equation for layer mode « Hard light », M < 128


Vivid light

TODO

Pin light

TODO

Linear light

TODO

Hard mix

TODO

Inversion Layer Modes

Différence

Figure 8.23. Exemple pour le mode de calque « Différence »

Exemple pour le mode de calque « Différence »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Différence »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Difference soustrait la valeur du pixel du calque de dessus de celle de celui de dessous et conserve la valeur absolue du résultat. Ce mode rend plus claires les régions sombres et plus sombres les régions claires, avec des changements de couleur étranges. Il peut être utile pour inverser des éléments d’une image.

La formule est :

Équation 8.15. Formule pour le mode de calque « Différence »


Ce mode est commutatif : l’ordre des calques ne compte pas.

Exclusion

TODO

Soustraction

Figure 8.24. Exemple pour le mode de calque « Soustraction »

Exemple pour le mode de calque « Soustraction »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Soustraction »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Soustrait les valeurs des pixels à chaque point de l’image, la rendant plus sombre. Si le résultat est négatif, il est mis à 0.

La formule est :

Équation 8.16. Formule pour le mode de calque « Soustraction »


Extraction de grain

Figure 8.25. Exemple pour le mode de calque « Extraction de grain »

Exemple pour le mode de calque « Extraction de grain »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Extraction de grain »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Extrait le « grain film » d’un calque et le reverse dans un nouveau calque qui est 100% grain, mais il est aussi utilisé pour donner une impression de gravure en relief à certaines images. Il soustrait la valeur du pixel du calque du dessus de celle du calque du dessous et ajoute 128.

La formule est :

Équation 8.17. Formule pour le mode de calque « Extraction de grain »


Fusion de grain

Il y a deux autres modes de calque, seulement disponibles avec les outils de peinture. Voyez Modes de peinture.

Figure 8.26. Exemple pour le mode de calque « Fusion de grain »

Exemple pour le mode de calque « Fusion de grain »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Fusion de grain »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Ce mode donne du grain au calque actif, en fusionnant le grain du calque sous-jacent (généré par exemple par le mode Extraction de grain) dans le calque courant, abandonnant la version granuleuse du calque originel. Il est l’opposé du mode Extraction de grain. Il additionne le valeurs des pixels des deux calques, puis soustrait 128.

La formule est :

Équation 8.18. Formule pour le mode de calque « Fusion de grain »


Diviser

Figure 8.27. Exemple pour le mode de calque « Diviser »

Exemple pour le mode de calque « Diviser »

Le Masque 1 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.

Exemple pour le mode de calque « Diviser »

Le Masque 2 est utilisé comme calque du haut avec 100% d’opacité.


Le mode Diviser multiplie les valeurs du calque du dessous par 256 puis divise par les valeurs des pixels correspondants dans le calque du dessous plus un (on ajoute 1 pour éviter de diviser par 0). L’image résultante est souvent plus claire, voire « brûlée ».

La formule est :

Équation 8.19. Formule pour le mode de calque « Diviser »


HSV Components Layer Modes

HSV Hue

TODO

HSV Saturation

TODO

HSL Color

TODO

HSV Value

TODO

LCh Components Layer Modes

LCh Hue

TODO

LCh Chroma

TODO

LCh Color

TODO

LCh Lightness

TODO

Luminance

TODO

Les outils de peinture utilisent les mêmes modes pour fusionner la peinture et le fond. Ils possèdent en outre deux modes qui leur sont propres. Vous pouvez sélectionner le mode de peinture dans le menu déroulant « Mode » de la fenêtre d’options de l’outil. Dans les formules vues plus haut, le calque Bas correspond ici au fond du calque sur lequel vous peignez, et le calque Haut à la peinture. Voici ces deux modes spécifiques aux outils de peinture :

Figure 8.28. Exemple multi-calque

Exemple multi-calque

GIMP utilise les mêmes modes pour les outils de peinture, avec en plus deux modes particuliers. Vous trouvez les modes dans le menu Mode de la fenêtre d’options de l’outil de peinture. Dans les équations vues plus haut, le « calque inférieur » est le calque actif et le calque « supérieur » est constitué des pixels que vous peignez. Bien entendu, un seul calque est suffisant ici. Les deux modes particuliers sont décrits ici.

Voyez Section 3.1.3, « Exemple de dessin avec divers instruments » pour la description des deux modes de peinture supplémentaires.



[1] Cette équation est l’équation *théorique*. L’équation utilisée ici est en fait celle de Lumière Douce ( Bug #162395 ).