9. Quoi de neuf dans GIMP 2.10 ?

GIMP 2.10 est le résultat de six années de travail qui se sont concentrées à l’origine sur le portage du programme vers un nouveau moteur de traitement d’image, GEGL. Cependant, la nouvelle version est livrée avec de nouvelles fonctionnalités  : outils nouveaux et améliorés, meilleure prise en charge des formats de fichiers, améliorations de la convivialité, gestion des couleurs réorganisée, pléthore d’améliorations destinées aux peintres et aux photographes numériques, édition de métadonnées, et beaucoup plus encore.

Mise à jour de l’interface utilisateur et prise en charge initiale de l’HiDPI

Une chose qui se remarque immédiatement à propos de GIMP 2.10 est le nouveau thème sombre et les icônes symboliques activées par défaut. Cela a pour but d’atténuer quelque peu l’environnement et de mettre l’accent sur le contenu.

Il y a maintenant 4 thèmes d’interface utilisateur disponibles dans GIMP  : Sombre (par défaut), Gris, Léger et Système. Les icônes sont maintenant séparées des thèmes, et les icônes de couleur et de symboles sont conservées, ainsi vous pouvez configurer GIMP avec le thème Système tout en choisissant des icônes de couleur, si vous préférez l’ancienne apparence.

De plus, les icônes sont maintenant disponibles en quatre tailles, de sorte que GIMP s’affiche mieux sur les écrans HiDPI. GIMP fait de son mieux pour détecter quelle taille utiliser, mais vous pouvez remplacer manuellement cette sélection dans ÉditionPréférencesInterfaceThèmes d’icônes.

Contributeurs  : Benoit Touchette, Klaus Staedtler, Ville Pätsi, Aryeom Han, Jehan Pagès, Alexandre Prokoudine…

Portage de GEGL, prise en charge de la profondeur de bits élevée, multithreading, etc.

Le but ultime de la v. 2.10 était de terminer le passage à la bibliothèque de traitement d’image GEGL, débuté avec la v. 2.6 lors de l’introduction de l’utilisation optionnelle de GEGL pour les outils de couleur et un outil GEGL expérimental. Cela a continué avec la v. 2.8 où a été ajoutée la projection de couches basée sur GEGL.

GIMP utilise maintenant GEGL pour toute la gestion des tuiles et construit un graphique acyclique pour chaque projet. Ceci est une condition préalable à l’ajout d’une édition non destructive prévue pour la version 3.2.

L’utilisation de GEGL présente de nombreux avantages, dont vous pouvez déjà profiter dans GIMP 2.10.

La prise en charge de la résolution de bits élevée permet de traiter les images avec une précision maximale de 32 bits par canal de couleur et d’ouvrir/exporter les fichiers PSD, TIFF, PNG, EXR et RGBE fidèles à leur qualité d’origine. De plus, les images FITS peuvent être ouvertes avec une précision allant jusqu’à 64 bits par canal.

Le Multithreading permet d’utiliser plusieurs cœurs pour le traitement. Ce ne sont pas toutes les fonctionnalités de GIMP qui s’en servent, c’est un point qui mérite encore davantage de travail. Un point d’intérêt est que le multithreading passe par le traitement GEGL, mais aussi par GIMP lui-même, par exemple pour séparer la peinture du code d’affichage.

Le traitement côté GPU est toujours facultatif, mais disponible pour les systèmes avec des pilotes OpenCL stables.

Vous trouverez des options de configuration pour le multithreading et l’accélération matérielle dans ÉditionPréférencesRessources système.

Contributeurs  : Michael Natterer, Øyvind Kolås, Ell, Jehan Pagès…

Flux de production linéaire d’espace colorimétrique

Un autre avantage de l’utilisation de GEGL est de pouvoir travailler sur des images dans un espace colorimétrique RVB linéaire par opposition à l’espace colorimétrique RVB gamma-corrigé (perceptuel).

Voici ce que cela signifie  :

  • Vous avez maintenant des versions à la fois linéaires et perceptives de la plupart des modes de fusion.

  • Il existe maintenant une version linéaire de la commande _Inversion de couleurs_.

  • Vous pouvez librement basculer entre les deux à tout moment via le sous-menu ImagePrécision.

  • Vous pouvez choisir quel mode est affiché dans le menu Histogramme.

  • Vous pouvez appliquer les filtres Niveau et Courbes en mode perceptif ou linéaire.

  • Lorsqu’une précision supérieure à 8 bits par canal est utilisée, toutes les données de canaux sont linéaires.

  • Vous pouvez choisir si l’outil de dégradé doit fonctionner dans un espace colorimétrique RVB perceptuel, RVB linéaire ou CIE LAB.

Contributeurs  : Michael Natterer, Øyvind Kolås, Ell…

Remaniement du gestionnaire de couleur

La gestion des couleurs est désormais une caractéristique essentielle de GIMP plutôt qu’un greffon. Cela a permis, en particulier, d’introduire la gestion des couleurs dans tous les composants personnalisés auxquels nous pouvions penser  : prévisualisations d’images, prévisualisations de couleurs et de motifs, etc.

GIMP utilise maintenant LittleCMS v2, qui lui permet d’utiliser les profils de couleurs ICC v4. Il repose également en partie sur la bibliothèque babl pour gérer les transformations de couleurs, puisque babl est tout simplement jusqu’à 10 fois plus rapide que LCMS2 pour les cas où les deux ont été testés. Finalement, babl pourrait remplacer LittleCMS dans GIMP.

Contributeurs  : Michael Natterer, Øyvind Kolås…

Calques et masques

GIMP est maintenant livré avec deux groupes de modes de fusion  : hérité (perceptuel, principalement pour faire ressembler les anciens fichiers XCF) et par défaut (principalement linéaire).

Les nouveaux modes de fusion sont  :

  • Modes de couche LCH  : Teinte, Chrome, Couleur et Luminosité.

  • Mode Traversant pour les groupes de calques.

  • Assombrissement linéaire, Lumière vive, Lumière linéaire, Lumière ponctuelle, Mélange dur, Exclusion, Fusion et Découper.

Les calques, les chemins et les canaux peuvent également être étiquetés avec des étiquettes de couleur pour améliorer l’organisation du projet. Ce sera encore plus utile une fois que nous aurons ajouté la sélection multicouche plus tard.

Les options de composition pour les couches sont maintenant exposées aux utilisateurs et tous les paramètres relatifs aux couches sont enfin disponibles dans la boîte de dialogue Attributs du calque.

De plus, si vous avez toujours besoin d’alpha dans vos couches, vous pouvez activer la génération automatique du canal alpha dans les images importées en les ouvrant. Voir pour cela et d’autres règles la page ÉditionPréférencesImportation et exportation d’images.

Les groupes de calques peuvent enfin avoir des masques  :

Plus d’utilisation pour CIE LAB et CIE LCH

Avec GIMP 2.10, nous avons introduit un certain nombre de fonctionnalités qui utilisent les espaces de couleur CIE LAB et CIE LCH  :

  • Les dialogues de couleurs ont maintenant un sélecteur de couleur LCH qui peut être utilisé à la place du TSV. Le sélecteur LCH affiche également un avertissement hors gamme.

  • Un nouveau filtre Teinte-Chroma du menu Coleurs fonctionne comme Teinte-Saturation mais en opérant dans l’espace de couleurs CIE LCH.

  • Les outils Sélection contiguë et Remplissage sont maintenant capables de sélectionner des couleurs par leurs valeurs dans les canaux CIE L, C et H.

  • Les deux boîtes de dialogue Pipette à couleurs et Points d’échantillonnage affiche dorénavant les valeurs de pixel en CIE LAB et CIE LCH en fonction de vos préférences.

Contributeurs  : Michael Natterer, Elle Stone, Ell…

Outils nouveaux et améliorés

Transformation unifiée

Le nouvel outil Transformation unifiée (Maj+L) simplifie l’application de plusieurs transformations telles que la mise à l’échelle, la rotation ou la correction de perspective, en une passe. La conception est basée sur une spécification fonctionnelle écrite par notre ancien expert d’interface Peter Sikking.

Contributeurs  : Mikael Magnusson, Michael Natterer…

Gauchir

Le nouvel outil Gauchir (W) permet d’appliquer des transformations locales comme des pixels croissants ou décalés avec une brosse douce, y compris la prise en charge de l’annulation. De tels outils sont communément utilisés en photographie de mode pour les retouches.

Ainsi, ce nouvel outil rend obsolète l’ancien filtre iWarp qui était innovant au moment de sa création (et datait d’avant le filtre Liquéfier de Photoshop), mais qui était finalement assez lourd à utiliser. L’outil Gauchir possède aussi un mode Gomme pour annuler les changements de manière sélective, ce qui n’était pas possible dans le filtre iWarp.

Contributeurs  : Michael Muré, Michael Natterer, Jonathan Tait…

Transformation par poignées

Le nouvel outil Transformation par poignées (Maj+L) fournit une approche intéressante pour l’application de mise à l’échelle, rotation et correction de perspective en utilisant des poignées situées sur le canevas. Les personnes habituées à l’édition sur des surfaces tactiles pourraient trouver cet outil étonnamment facile à prendre en main.

Contributeurs  : Johannes Matschke, Michael Natterer, Ell…

L’outil de fusion devient l’outil Dégradé et obtient l’édition sur canevas

Nous avons renommé l’outil Fusion en Dégradé et remplacé son raccourci par défaut par G. Mais ce n’est rien comparé à ce que l’outil peut faire maintenant.

Ce nouvel outil rend quasiment obsolète l’ancienne boîte de dialogue Éditeur de dégradés. Il est maintenant possible de créer et supprimer des arrêts de couleur, les sélectionner et les déplacer, attribuer des couleurs aux arrêts de couleur, modifier la fusion et la coloration des segments entre les arrêts, et créer de nouveaux arrêts de couleur à partir de points intermédiaires directement sur le canevas.

Tous les dégradés disponibles par défaut sont également « modifiables » maintenant. Cela signifie que lorsque vous essayez de modifier un dégradé existant à partir d’un dossier système, GIMP crée une copie de celui-ci, l’appelle un Dégradé personnalisé et le conserve dans toutes les sessions. À moins, bien sûr, que vous éditiez un autre dégradé « système », auquel cas il deviendra le nouveau dégradé personnalisé.

Il est prévu d’utiliser cette implémentation générique plus tard pour les brosses et autres types de ressources.

Contributeurs  : Michael Henning, Michael Natterer, Ell, Øyvind Kolås…

Outils de sélection

L’outil Sélection de premier plan permet enfin de faire des sélections de sous-pixels dans des cas complexes tels que les cheveux perdus sur un fond texturé. Deux nouvelles méthodes de masquage sont maintenant disponibles pour cela.

Les outils Sélection par couleur et Sélection contiguë possède maintenant toutes deux une option Dessiner le masque pour afficher la future zone de sélection avec un remplissage magenta, et le second outil possède également une option Voisins diagonaux pour sélectionner les pixels voisins en diagonale.

Pour l’outil Sélection libre, la fermeture d’une sélection polygonale/libre ne confirme plus automatiquement la sélection. Au lieu de cela, vous pouvez toujours modifier les positions des nœuds (le cas échéant), puis appuyer sur Entrée, double-cliquer dans la sélection ou passer à un autre outil pour confirmer la sélection.

L’outil Ciseaux intelligents permet enfin de supprimer le dernier segment ajouté avec la touche Retour arrière, et GIMP vérifie maintenant si le premier et le dernier segment sont distincts avant de fermer la courbe.

Contributeurs  : Michael Natterer, Jan Rüegg, Daniel Sabo, Ell…

Outils de couleurs

Tous les outils de couleurs ont été retravaillés pour devenir des filtres basés sur GEGL, afin qu’ils puissent être correctement utilisés plus tard lorsque sera introduit une édition non destructive. Par conséquent, le sous-menu Couleur du menu Outils a été supprimé, et ces filtres sont maintenant pour la plupart indisponibles dans la boîte à outils.

Contributeurs : Michael Natterer…

L’outil de texte prend en charge CJK et encore plus de systèmes d’écriture

L’outil Texte prend désormais entièrement en charge les méthodes de saisie avancées pour CJK et autres langues non occidentales. Le texte de pré-édition est maintenant affiché comme prévu, en fonction de votre plate-forme et du moteur de méthode de saisie (IME). Plusieurs bogues et plantages liés à la méthode d’entrée ont également été corrigés.

Contributeurs  : Jehan Pagès…

Outils expérimentaux

Deux nouveaux outils étaient incomplets pour être inclus dans GIMP 2.10 par défaut, mais peuvent toujours être activés. Veuillez noter qu’ils sont très expérimentaux et susceptibles d’être cassés pour vous (pouvant même planter GIMP). Nous ne les mentionnons que parce que nous avons besoin de contributeurs pour leur permettre de devenir publiables.

L’outil Déformation N-Point introduit un genre de déformation lisse et aussi peu rigide que possible comme l’on pourrait s’y attendre avec des objets physiques.

L’outil Clonage sans raccord a pour but de simplifier la construction de compositions en couches. Lorsqu’on colle une image dans une autre, il y a typiquement toutes sortes de disparités : température de couleur, luminosité, etc. Ce nouvel outil expérimental essaie d’adapter diverses propriétés d’une image collée en accord avec son environnement d’accueil.

Pour activer ces outils, vous devez d’abord activer la page Aire de jeu de la boîte de dialogue des Préférences. Faites-le en lançant GIMP avec l’option --show-playground (sous Windows, il peut être nécessaire d’ajuster en conséquence le chemin vers GIMP dans les propriétés du raccourci). Puis, allez dans ÉditionPréférencesAire de jeu et activez les options correspondantes, afin que les outils apparaissent dans la boîte à outils.

Il est à souligner à nouveau que vous ne devriez le faire que si vous êtes très curieux, ou (ce qui est à espérer) avez l’intention de nous aider à les résoudre.

Contributeurs  : Marek Dvoroznak, Barak Itkin, Jehan Pagès, Michael Natterer…

Améliorations de la peinture numérique

GIMP 2.10 est livré avec un certain nombre d’améliorations demandées par les peintres numériques. L’un des nouveaux ajouts les plus intéressants est l’outil Brosse MyPaint (Y) qui est apparu pour la première fois dans la branche GIMP-Painter.

L’outil Barbouillage a été mis à jour dans l’optique particulière des utilisations en peinture. La nouvelle option Pas d’effet d’effacement empêche les outils de modifier l’alpha des pixels. Et la couleur de premier plan peut dorénavant être fusionnée en pixels barbouillés, ce qui peut être contrôlé par un nouveau curseur Débit, où 0 signifie « pas de fusion ».

Tous les outils de peinture ont maintenant des curseurs Dureté et Force explicites à l’exception de l’outil Brosse MyPaint qui n’a que le curseur Dureté.

Plus important encore, GIMP prend désormais en charge la rotation et le retournement de canevas pour aider les illustrateurs à vérifier les proportions et la perspective.

Une nouvelle option Fixer la brosse à l’affichage permet de choisir si une brosse doit être verrouillée à un certain niveau de zoom et à un certain angle de rotation du canevas. Cette option est disponible pour tous les outils de peinture utilisant une brosse, à l’exception de l’outil Brosse MyPaint.

La nouvelle boîte de dialogue ancrable Peinture en symétrie, activée par image, permet d’utiliser tous les outils de peinture avec différentes symétries (miroir, mandala, tuilage…).

Cette nouvelle version de GIMP est également livrée avec plus de nouvelles brosses disponibles par défaut.

Contributeurs  : Michael Natterer, Alexia Death, Daniel Sabo, shark0r, Jehan Pagès, Ell, Jose Americo Gobbo, Aryeom Han…

Améliorations de la photographie numérique

Certains des nouveaux filtres basés sur GEGL sont particulièrement ciblés sur les photographes : Exposition, Tons sombres et clairs, Passe-haut, Décomposition en ondelettes, Projection panoramique et d’autres encore sont un ajout important de la boîte à outils.

En plus de cela, le nouveau filtre Extraire le composant simplifie l’extraction d’un canal d’un modèle de couleur arbitraire (LAB, LCH, CMYK, etc.) à partir du calque actuellement sélectionné. Si vous étiez habitué à décomposer et à recomposer des images pour cela, votre travail sera plus facile maintenant.

De plus, vous pouvez dorénavant utiliser darktable ou RawTherapee comme greffons GIMP pour ouvrir des photos numériques au format raw. Toute version récente d’une de ces applications fera l’affaire.

Un nouveau filtre d’affichage Afficher un avertissement affiche les zones sous-exposées et surexposées d’une photo, avec des couleurs personnalisables. Pour l’instant, il est principalement orienté vers les images où les couleurs sont stockées avec une précision en virgule flottante. Vous en bénéficierez principalement si vous travaillez sur des images flottantes 16/32 bits par canal, telles que EXR et TIFF.

Contributeurs : Michael Natterer, Ell, Thomas Manni, Tobias Ellinghaus, Øyvind Kolås, Jehan Pagès, Alberto Griggio…

Effets

GIMP est désormais livré avec plus de 80 filtres basés sur GEGL. Beaucoup d’entre eux sont d’anciens effets GIMP. Voici pourquoi les implémentations basées sur GEGL sont meilleures  :

  • Vous pouvez les appliquer sur des images en mode de précision de canal 32 bits par couleur.

  • Vous pouvez les prévisualiser directement sur le canevas, et si une image est plus grande que la fenêtre d’affichage, GIMP produira d’abord la fenêtre pour un retour immédiat.

  • Vous pouvez utiliser l’aperçu divisé pour comparer l’image originale avec sa version traitée et permuter les côtés avant/après horizontalement et verticalement.

  • Dans un futur GIMP non destructif, vous pourrez ajuster les paramètres de ces filtres sans défaire une tonne d’étapes.

Certains filtres basés sur GEGL ont une version OpenCL pour l’accélération matérielle. Cela se révèle utile si les pilotes OpenCL fonctionnent bien pour vous. En outre, de nombreuses opérations peuvent exploiter plusieurs fils d’exécution pour utiliser votre processeur à pleine puissance.

Contributeurs  : Michael Natterer, Øyvind Kolås, Thomas Manni…

Améliorations d’ergonomie

En travaillant avec des utilisateurs actifs, nous nous sommes débarrassés de quelques problèmes d’ergonomie. Voici quelques-uns de ces changements  :

  • Tous les outils de transformation désactivent désormais automatiquement la vue de la couche d’origine afin que vous puissiez voir clairement les ajustements par rapport à la toile de fond.

  • Les masques peuvent maintenant être facilement créés avec les dernières valeurs que vous avez utilisées en appuyant simplement sur Maj et en cliquant sur l’aperçu de la couche correspondante.

  • Toutes les boîtes de dialogue, à l’exception de celles comme Échelle, mémorisent maintenant les dernières valeurs que vous avez utilisées d’une session à l’autre.

  • Tous les filtres basés sur GEGL permettent d’enregistrer des préréglages nommés et de créer automatiquement des préréglages horodatés pour la dernière fois que vous les avez utilisés.

  • vous pouvez maintenant choisir la couleur de remplissage ou le motif pour les espaces vides après avoir redimensionné le canevas.

Il y a beaucoup à améliorer pour que GIMP soit mieux adapté aux travaux professionnels. Comme d’habitude, nous acceptons volontiers les discussions constructives et avons récemment créé une liste de diffusion pour discuter du sujet de l’amélioration de l’ergonomie de GIMP. Il s’agit d’un processus d’amélioration à long terme, qui peut prendre plus de temps que des modifications et des fonctionnalités localisées.

Contributeurs  : Michael Natterer, Daniel Sabo, Benoit Touchette, Massimo Valentini, Jehan Pagès…

Prise en charge des formats de fichier

GIMP est maintenant capable, le cas échéant, de lire et d’écrire des fichiers TIFF, PNG, PSD et FITS avec une précision allant jusqu’à 32 bits par canal.

Le greffon PSD gère en plus les modes de fusion traversant, mélange dur, lumière ponctuelle, lumière vive et lumière linéaire.

GIMP est désormais livré avec la prise en charge WebP native, y compris des fonctionnalités telles que l’animation, les profils ICC et les métadonnées. L’importation et l’exportation sont toutes deux prises en charge.

Le greffon JPEG 2000 a été réécrit pour utiliser la bibliothèque OpenJPEG au lieu de la bibliothèque Jasper plutôt obsolète.

Enfin, le greffon PDF prend désormais en charge l’importation de fichiers protégés par mot de passe (vous devez connaître le mot de passe) et l’exportation de documents PDF multi-pages (chaque couche sera une page).

Contributeurs  : Michael Natterer, Mukund Sivamaran, Ell, Jehan Pagès, Lionel N, Darshan Kadu…

Visualisation, édition et préservation des métadonnées

GIMP est désormais livré avec des greffons pour afficher et modifier les métadonnées Exif, XMP, IPTC, GPS et DICOM. Ils sont disponibles via le sous-menu ImageMétadonnées.

GIMP conserve également les métadonnées existantes dans les fichiers TIFF, PNG, JPEG et WebP. Chaque greffon dispose des options correspondantes lors de l’exportation pour activer ou désactiver l’exportation des métadonnées.

De plus, les utilisateurs peuvent désormais définir par défaut la préservation ou non des métadonnées dans tous les greffons de format de fichier concernés, selon qu’ils souhaitent une confidentialité totale ou, à la place, une grande quantité de galeries photographiques. Les paramètres sont disponibles sur la page Importation et exportation d’images dans les Préférences.

Contributeurs  : Benoit Touchette, Michael Natterer, Jehan Pagès…

Interaction sur canevas

GIMP 2.10 est livré avec une nouvelle fonctionnalité qui permet à certains filtres basés sur GEGL de produire des contrôles sur canevas. Pour l’instant, cela ne s’applique qu’à trois filtres : Spirale, Supernova et Projection panoramique. Mais il y en aura plus dans le futur.

Contributeurs  : Michael Natterer, Ell…

Simplification des rapports d’anomalies et de la récupération après un plantage

Il est utile d’avoir de bons rapports d’anomalies pour améliorer GIMP, une nouvelle fonctionnalité a donc été introduite pour surveiller et intercepter les erreurs critiques et les plantages, puis générer un journal d’erreurs utile qu’il est possible de copier/coller dans un rapport d’anomalie.

Sur les versions de développement, la boîte de dialogue sera ouverte sur tous types d’erreurs (même mineures). Sur les versions stables, il ne s’ouvre que pendant les plantages. Le comportement par défaut peut être personnalisé dans ÉditionPréférencesDébogage.

Veuillez noter que nous avons toujours besoin de vous pour fournir le contexte, par ex. ce que vous faisiez quand un plantage s’est produit. Une description étape par étape de la façon de reproduire le bogue sera très utile.

De plus, en cas de plantage, GIMP tente maintenant de sauvegarder toutes les images avec des changements non enregistrés, puis suggère de les rouvrir au prochain démarrage de l’application.

Le succès n’est pas garanti à 100 %, mais cela réussit parfois, et cela pourrait sauver votre travail non enregistré  !

Contributeurs  : Jehan Pagès…

Modifications de l’API

Au cours de ce cycle de développement, beaucoup d’API ont été rendues obsolètes, fournissant une couche de compatibilité pour les développeurs tiers qui écrivent des scripts et des greffons.

Pour la liste complète des changements dans PDB, veuillez consulter le wiki. Cette page de ChangeLog contient également une liste détaillée de tous les autres changements dans la version 2.10.

Feuille de route et prochains développements

Une feuille de route pour le développement de GIMP est maintenue pour décrire l’ordre des fonctionnalités à mettre en œuvre en fonction des priorités.

La prochaine grande mise à jour sera la v. 3.0 qui intégrera la fonctionnalité GTK+3 et beaucoup de changements internes. Pour les utilisateurs, cela signifie principalement  : une interface utilisateur mise à jour, une meilleure prise en charge des tablettes graphiques, une meilleure prise en charge des écrans HiDPI, une meilleure prise en charge de Wayland sous Linux.

Nous ouvrons également la branche 2.10.x pour de nouvelles fonctionnalités. Cela signifie que vous n’avez plus à attendre durant des années pour des améliorations passionnantes  : toute nouvelle fonctionnalité peut en effet être rétro-portée vers une version 2.10.x tant que son code n’est pas trop invasif et que sa maintenance n’est pas trop difficile.

Toutes les nouvelles fonctionnalités de la 2.10.x feront également partie de 3.0.